Ô, Sanguine joli fruit!

Ô, Sanguine joli fruit!

Les mythiques “pommes d’or” du jardin des Hespérides étaient vraisemblablement des oranges, les premières connues: les bigarades ou oranges amères. Celles dont un proverbe turc dit: “Qui regarde l’orange amère à l’eau à la bouche, qui la goûte fait la grimace.”
Et puis au xvè siècle arriva l’orange douce , la savoureuse, ramenée par les marchands génois et portugais.
On distingue plusieurs variétés regroupée en trois catégories, les blondes, les blondes navels et les sanguines. La maltaise de Tunisie est une des meilleures sanguine, une demi-sanguine pour être précis. C’est celle-ci que Colette considérait comme l’élite des orangeraies: “elle emplit la bouche d’un suc sans fadeur, d’une acidité adoucie, largement sucrée.”
Etait-ce en pensant à cette sanguine que Pablo Néruda, qui, comme le rappelle Jean-Luc Hennig dans son Dictionnaire littéraire et érotique des fruits et légumes, avait une passion frénétique pour tous les mamelons du monde, s ‘enflamme: “A ta ressemblance, à ton image, orange, s’est fait le monde: rond est le soleil, cerné d’écorces de feu: la nuit constelle de tes fleurs sa route et son navire.
Choisir des fruits lourds à la peau fine et de couleur brillante pour être sûr de leur qualité.

SALADE D’ORANGES SANGUINES ET UNE CREME CHIBOUST GRATINEE

Monsieur Chiboust était un patissier installé au xixè siècle rue Saint-Honoré à Paris. C’est en 1846 qu’il crée le saint-honoré en hommage à sa rue et au saint patron de pâtissiers.
La crème chiboust dont est garnie ce gâteau est une crème patissière allégée à chaud avec une meringue.
Préparation de la crème:
Pour 6 personnes
Faire tremper 2 feuilles de gélatine dans l’eau froide. Fouetter 5 jaunes d’œufs avec 40 gr de sucre, 10 gr de maïzena et 10 gr de farine jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Porter à ébullition 10 cl de lait et le verser sur le mélange. Bien mélanger et porter de nouveau à ébullition, ajouter les feuilles de gélatine ramollies et égouttées puis laisser tiédir.
Préparation de la salade d’oranges:

Éplucher les oranges à vif en ne laissant aucune peau blanche. Conserver les écorces pour les faire confire.
Couper en tranches et retirer les pépins. Les arroser d’un filet d’eau de fleur d’oranger.

A déguster en charmante compagnie en dégustant un verre de vin doux ou d’Asti Spumante en écoutant une version “vynil”  du poème de Prévert mis en musique par Henry crolla sublimement interprété par Yves Montand…

Et ta robe en tombant sur le parquet ciré
N’a pas fait plus de bruit
Qu’une écorce d’orange tombant sur un tapis

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire